carnets de voyage Matériel matériel de peinture sorties en extérieur Tutoriels et astuces de peintre

Mes préparatifs pour le sud marocain : partie 4, tester la gouache

De l’importance de tester son matériel!

Dimanche, je suis allée au Sketchcrawl sur le bassin d’Arcachon dans un des ports ostréicoles.

Comme ma palette habituelle est occupée par mes couleurs du Maroc, au fond d’un sac en préparation du décollage, j’ai pris les deux petites boîtes de gouache que j’ai aussi prévues pour ce voyage, un vaporisateur, des pinceaux, des feutres, des crayons de couleur.

Palettes de gouache couleurs primaires et blancs, couleurs de terre et outremer

L’objectif était de tester, mes gouaches avant le voyage ainsi qu’un autre système pour tenir les pages de mon carnet : les élastiques.

Grand bien m’en a pris :

  • Les élastiques, ça marche super bien, je suis partie avec deux élastiques le matin, j’en ai perdu un à midi, le deuxième dans l’après-midi… je suis satisfaite du système, mais il va falloir que je retrouve une solution pour ne pas les perdre (et prévoir une bonne réserve). L’avantage c’est que c’est léger, pas encombrants, et même on peut en trouver assez facilement sur place, je pense.
  • La gouache, maintenant :

Pour que ce soit confortable, il faut vraiment que je fixe mes godet au fond de mes petites boites.

Deuxième observation, je ne sais vraiment pas utiliser de la gouache, et la poche sèche, c’est quand même beaucoup plus difficile que la gauche crémeuse…

La palette de couleurs que j’ai choisie :

Voilà ce que c’est de partir sans avoir fait son nuancier!

A changer :

Le bleu cyan que j’ai est vraiment horrible, trop jaune et trop vert, même dans les verts, c’est impossible à utiliser, parce que c’est vraiment trop flashy ;

A garder :

Par contre, je suis satisfaite de ma palette, perso : trois couleurs de terre (pour le Maroc, c’est indispensable), de l’outremer et un godet supplémentaire de blanc ;

Si je dois changer quelque chose à se sait, c’est remplacer le bleu cyan par du bleu céruléen. Mais autant prévoir un tube de gouache blanche à mélanger avec mes aquarelles et peut-être une autre couleur (Jérémie Bonamanant-Teboul recommande un tube de gouache blanche et éventuellement un tube de bleu céruléen, j’hésite avec une couleur de terre).

Le reste : en trop!

En ce qui concerne les feutres, c’était une catastrophe! Il va falloir que j’apprivoise les verts avec cet outil.

Et prévoir deux bouteilles d’eau : une pour la peinture, et une pour le peintre : heureusement qu’il y avait un point d’eau sur place.

La prochaine fois, je teste ma palette d’aquarelle définitive pour le Maroc .

Vous pouvez aussi en savoir plus en suivant ma newsletter gratuite « À dos de pinceaux » de Malivoyage et sans publicité en vous abonnant à la plate-forme Substack .

https://substack.com/@malivoyage?r=1h6h9w&utm_medium=ios

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.